Rentrée 2014

Publié le par helene33660

Alexiane* , ma petite élève

Répétitrice à mes heures, je suis Alexiane 12 ans, depuis son cm2. Sa maman avait fait appel à mes services via la Communauté de Commune. (J’échange mes cours contre une panière de linge à repasser.)

Dès le début, j’ai été interpellée par le niveau de mon élève… Si Alexiane savait lire, elle avait beaucoup de difficultés avec l’orthographe, la grammaire , la conjugaison... Quant aux maths, la table de multiplication par 2 n’y était pas, les autres non plus. Les divisions, n’en parlons pas ! Bref, je me basais sur le programme CE2 pour la faire progresser. Aux tests d’évaluations nationales, elle a obtenu une moyenne de 3.5 en maths et français… Bref, j’ai du boulot !!!

Sachant qu’elle n’avait jamais redoublé, j’ai appris son passage en sixième avec scepticisme, me demandant comment elle allait s’adapter aux rythmes et acquisitions demandés.

Ceci dit, mon élève s’est pas mal débrouillée – compte tenu de ses difficultés. Voyant qu’elle progressait et surtout qu’elle s’accrochait, j’ai proposé de l’aider 2 fois par semaine…. (Toujours pour la même panière). Ca a porté ses fruits. Elle a obtenu les encouragements au premier trimestre, puis au second, mais au troisième trimestre, elle a baissé les bras. Il faut dire que ca devenait bien plus dur entre les nombres décimaux, les fractions ou autres calculs de proportionnalité… S’est alors posée la question de son orientation : passage en Segpa ? redoublement ? …

Le redoublement me semblait une sage option. Ca lui permettait de se pauser, de revoir des bases toujours pas acquises…. Et d’envisager une future cinquième positive. Evidemment Alexiane n’était pas très favorable à cette idée, ( Copines, oh mes copines) … Sa maman, elle, voudrait qu’elle atteigne la 3è pour s’orienter ensuite vers un CAP petite enfance…

Bref, fin juin, après les navettes entre parents et professeurs, tout le monde s’était fait à l’idée d’une deuxième sixième. Les larmes étaient oubliées, le sourire était revenu, les vacances pouvaient être bonnes… sans révisions ni pression.

C’est ce mardi 2 septembre que ca s’est corsé…. Pour ce jour de rentrée des 6è, Alexiane n’était pas sur les listes du collège…

  • Hé non a dit le Principal interrogé… Alexiane est inscrite en cinquième ! Revenez demain…
  • Yesssssssssssss s’est écriée l’adolescente
  • Super !!! coup de chance !!!! a répliqué la maman
  • Catastrophe, piège à C…. Tête dans le mur …a pensé Hélène, la blogueuse répétitrice à ses heures…

Ben oui… Voilà une gamine qui n’a jamais doublé, qui peine +++ depuis son CE1 (j’ai lu son dossier scolaire) et qui continue d’avancer dans le genre « marche ou crève »…. Alexiane ne connait toujours pas ses tables de multiplication, fait 20 fautes par phrase. Les nombres décimaux ou relatifs, je n’vous dis pas… L’anglais est un pensum répétitif…. (allez lire l’heure in English quand vous ne savez pas la lire sur l’horloge de la cuisine ! quant à l’écrire… ouille ouille ouille).

Mon élève a fini son année en chute libre, une énergie à zéro et la voici propulser dans la classe supérieure !!! Je n’y comprends plus rien. Voudrait- on la bousiller encore plus vite qu’il ne faudrait pas s’y prendre autrement… Veut-on s’en débarrasser ? si oui, Pourquoi ???

Pourquoi n’a t- elle pas le droit à la moindre chance ? Comment peut-elle espérer aller vers un Cap Petite Enfance avec un parcours scolaire si rude ? Avec ce passage, elle file directement vers la Segpa où elle arrivera blasée, fatiguée et en échec…. Que penser ???

Il vire bizarre notre métier… ou alors je suis toute has been !

Publié dans cour d'école

Commenter cet article