Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le Grand Tournoi de Lamotte

Publié le par helene33660

Aie aie aie...  que ca a été dur !

 Si dur que j'ai du  mal à trouver mes mots pour vous raconter.

 Ce temps, pourri de chez Pourri !  De la  pluie, du vent, du froid (4°).  Il m'a fallu enfiler  des pulls et encore des pulls  pour résister. Par précaution, j'avais emmené mon ciré de marin. le Cotten si bien connu.  Veste et Pantalon.... J'aurais pu  le revendre 10 fois tant il était indispensable.

 

 Heureusement la bonne humeur de chacun est restée au premier rang et a adouci notre situation.

  Reste  à parler du Championnat pour lequel  tout le club de Saint Gervais s'était déplacé. Aucune des équipes  présentées n'est montée sur le podium.  Pour les moustiques, c'était prévisible puisqu'ils débutaient. Mais à notre très grande surprise, ils ont joué comme des rois. Comme jamais ils ne l'avaient fait au club. Une passe par ci, une passe par là et hop un but..... Qu'ils étaient beaux et fiers dans leur nouveau maillot bleu. Je crois bien qu'ils reviendront l'an prochain tant cela leur a plu.

 

 Les benjamins, eux, ont perdu leurs deux premiers matchs. Un peu bêtement. Souvent, ils jouaient très bien  durant la première mi - temps, puis  manquaient  de punch pour la seconde. Les adversaires prenaient alors l'avantage et remportaient la victoire. Je comprends leur frustration. Heureusement le dernier match a été gagné, leur assurant une 7è place.

 

Reste nos cadets, qui jouaient dans la division ELITE du championnat. Deux équipes gagnées, deux équipes perdues, dont celle qui a fini sur la première marche du podium.

Cette équipe là, La Galopade, les a éliminés au premier tour, ce qui d'office  les a privé de podium. S'il avaient pu commencer par les matchs gagnés, tout aurait été différent.Mais avec des Si, Paris serait encore en bouteille... Bref...

  

Ce premier match a été plus que Laid.  Nos cavaliers ont souffert tant c'était physique et violent. Des agressions permanentes, des insultes, des  coups bas à tire- larigo.... Un horse ball que jamais on n'avait croisé...  Sans compter  l'arbitre  qui s'est laissé déborder.... 

 Bref, Marie et son équipe n'ont pu tenir le rythme  fou de ce  "horse ball des  cités ".  Dépassés, dégoutés et ne comprenant pas ce style de jeu, ils ont baissé  les bras laissant la victoire et le podium à l'équipe adverse.

 Durant le second match de  la Galopade, un cavalier a été  sérieusement blessé, et il a fallu attendre le troisième match pour que les arbitres " se fâchent"  enfin et sortent les cartons jaunes et les P1 ( Pénaltys).  C'était un peu tard pour nos cadets.

 Heureusement, les matchs contre  les équipes de Méribel et de  Le Blanc leur ont redonné le goût du jeu. Des passes, des buts, des actions de touche efficaces et surtout  une éthique digne de ce nom, même si Héloïse est tombée de cheval, toute seule, se fracturant la clavicule !!!!

  

Lors du dernier match, nos cadets  ont affronté le club de Pied Bercy. Ils les avaient déja gagnés  lors d'une finale "minimes". C'est dire si Marcelin et son équipe comptaient prendre leur revanche....

 

 Le match a été beau, mais Saint Gervais- privé d'Héloise - a été battu à plate couture.

  Il faut avouer  que Marcellin joue très très bien.

Lui et son poney forment un couple magnifique que Marie retrouvera avec grand plaisir dans 15 jours, à  Lignières. En effet, tous deux ont été pré- sélectionnés  par Franck Reyne, l'entraineur national, et partiront 3 jours en stage. A l'issue de ce  long week end  de travail, l'Equipe de France Cadet-Poney sera annoncée, et s'apprêtera à disputer le Championnat d'Europe  qui aura lieu à Auvers en juillet prochain.

 

 Bonne chance à  Marcellin, Alexandre, Mael,  Marie.... enfin aux  17  chanceux qui font partie de la liste des pré-sélectionnés.

 Et aussi  merci à Marie qui nous permet de poursuivre l'aventure.

Publié dans vive le sport

Partager cet article

Repost 0

lundi ed pentcote

Publié le par helene33660

Monsieur L' Premier Minisse,
 
 
Sauf vot' respect...mais j'cros que l' lundi d' Pentecôte travaillé mais pas payé ...ch'est eune connerie ! . Mais comme vous avez pas l'air d'vouloir arvénir la dessus , j' ai quand même quetcosse à vous d'minder :

 
 
Vous vénez d' augminter l' Allocation pour Personne Agée de 1,6 % et là , j'vous armercie du fond d'min coeur pour m' belle-mère qu'al est dins eune maison d'artraite.

Avec ches 4,56 euros qu'al aura par mois in plus, al va pouvoir acater un brumisateur parceque ch'ti qu'o z'avez fait distribuer après l'hécatompe d' y a troos ans , il est périmé astheure ( ch'est marqué d'sus !).

 
Par conte là dusque j'vous dis pas merci , ch'est d'avoir augminter les prix d'journée à payer dins ches maisons d'artraite !.  Là Monsieur l' premier Minisse , j' ai l'impression que vous essayez d' nous l'intiquer par l' gros bout , si vous véyez chu que j' veux dire.

Parceque cha fait quand même 102 euros d' plus à payer à la fin du moas pour m' belle mère .

 
Enfin...quand j'dis pour m'belle-mère , je  m'comprinds . Parce que , comme min bieau-père il a travaillé 42 ans  , aux z' Ateliers Centraux , in mourant , il a laiché eune pinsion de 890 euros ...et à ch'compte là...ch'est mi et mes deux bieaux-frères qu'in paie tous les mos les 1350 euros qui manquent  pour l'maison d' artraite à grand-m...   euh à  m'belle-mère !

 
Mi......j'sus solidaire avec ches viux (  j'ai même voté pour Sarlozy  al deuxième tour . .. ch'est vous dire !)...

al question al est pont là Monsieur le Premier Minisse , j'ai toudis trouvé qui fallot donner un cop d'mains à ches viux .....ténez , j'ai même essayé d' comprinte chu que Ségolène  al  avot voulu dire dins sin dernier discours....vous véyez que j'fais des efforts quand même !
 
Mais j'viens d'pinser à quetcosse :

 
J'sus déjà solidaire de m' belle-mère pour l'lundi d'Pentecôte qui arrife..vu que d'toutes manières...ch'est mi qui paie  l'pinsion d ' grand-m  ..euh de m ' belle-mère , à partir du 10 d'chaque mos !
 
Alors là Monsieur l' Premier Minisse ,  deux solutions...ou bien j'sus pas obligé d'aller travailler l ' lundi d' Pentecôte...ou bien ch' jour là..ch'est vous qui payez l' maison d' artraite...

 
Personnellemint , j'préféreros le première solution parce que ch'jour là , ch'est l'ducasse par min bout et que mes pitits éfants y viennent minger de l'tarte à gros bords que m'femme al fait .

 
Bon Monsieur l' Premier Minisse , j 'mets eune enveloppe  timbrée pour la réponse...si qu'o pourrête fait vite parceque ch'est pour savoir si m' femme al  fait de l'tarte ou pas.

 
Merci d'avinche.

 
Bertrand COCQ ( solidaire )

 
NB : M' femme al pourrot faire une tarte un plus si qu'o savez pas quoi faire ch'jour là...cha sérot avec plaisir !.


NB Bis : j'inviteros mes deux bieaux-frères à l'ducasse aussi...

Publié dans je m'amuse

Partager cet article

Repost 0

Ok ? d'Ac

Publié le par helene33660

21 copains d’abord… ou  OKEDAC pour un concert ?

 

Le groupe d’Okédac est né en 1994 de l’envie de copains de mettre en commun leur passion pour la chanson théâtralisée. La bande de copains   prend un grand plaisir à se retrouver pour des moments où l’on fait abstraction de tout le reste.  Les membres s’acceptent tels qu’ils sont, sans se prendre la tête.

Okédac compte 17 choriste et 4 musiciens, qui présenteront leur nouveau spectacle samedi prochain sur la scène du chant de foire à Saint André de Cubzac.

Lors de la générale, il restait des petites  choses à caler, mais l’esprit d’Okédac est bien au rendez-vous.

 

Un grain de folie, un zeste de trac, une bonne dose de sensibilité, le tout mixé sur fond de camaraderie.

 

Le rideau s’ouvre sur la terrasse d’un café tenu par un patron poète qui voit arriver un pêcheur déjanté tandis qu’un clochard dort dans la rue.

Une pléiade de clients va ainsidéfiler en déroulant des chansons de Noir Désir, Gainsbourg, Brassens, Lavilliers ou Mickey 3 D. Le spectacle est joyeux et promet au public un moment de détente.

 

Okédac répète le mardi soir et un dimanche par mois. Ce jour là, l’ensemble du groupe campe pour la journée, chacun amenant son pique-nique, et c’est parti pour des heures de travail et de franche rigolade. Les copains d’abord…

 

Francoise Dumontheil.  Journal Le sud ouest du 21 mai 2007

OKEDAC

 est heureux de vous accueillir 

dans son petit bar

 dU cHAmP De FOiRE,

- de Saint André de Cubzac-

 le samedi 26 mai à 21 h.


Tags : , ,

Publié dans coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

De ségolène en Rachida

Publié le par helene33660

De Ségolène en Rachida

 

    Il y a trois milliards et plus de nanas sur notre chère planète-océan.  Et le Vieil Hibou ne peut pas toutes les suivre à la fois. Déjà qu’il reste fidèle à certaines de ses amitiés anciennes. Aussi  se borne t – il  le plus souvent à en suivre une qui lui paraît particulièrement intéressante. C’est ainsi, vous vous en souvenez, qu’il s’était passionné pour Condoleezza, la Louve Noire, élève de Notre Dame, prévôt  de Stanford, administratrice de Chevron-Texaco, marraine d’un gros pétrolier beau comme un camion qui promène son nom sur tous les océans de la planète, mais surtout la manipulatrice de George W. Bush, le new-born alcoolo repenti qu’un gang de pétroliers californiens et saoudiens a placé à la tête des States.  J’ai admiré ses longues jambes noires de réglisse Zan qu’elle sait si bien déployer sur les fauteuils du salon ovale  à en faire perdre la raison à Deubble You le demeuré.

 

   Et puis il y a eu Ségolène, qui a commencé très discrètement sa carrière dans un petit bureau sous les combles de l’Elysée, à écrire des notes absconses que le baron de Jarnac ne lisait guère ( « Bécile ! » , qu’il disait),  mais qui a fait un tabac en protégeant les poules des Charentes contre les méchants goupils. « Poil de Carotte, faut fermer les poules ! » qu’elle a dit la Ségo. Et c’est alors que je l’ai découverte. Pendant de nombreuses années, elle accompagnait presque en catimini le groupe des éléphants, sagement en retrait, avec ses impers à la Françoise Arnould . Elle a découvert la passion du Président pour le Marais Poitevin, et lui en a fait l’éloge. « Mais elle n’est pas mal, la petite nénette qu’Attali avait remisée dans le grenier ! », qu’il a dit le papa de Mazarine.  Elle a piqué à Monsieur Raffarin Père , agronome réputé, l’idée de faire la promotion du chabichou, et tout le monde lui en a su gré. Puis ce fut l’illumination : et si je devenais  l’Evita Péron des  Français et des Françaises? Ils veulent être maternés, je serai leur Madone ! Et ça a marché d’une façon incroyable. La petite chèvre a failli gagner, il ne lui a manqué que3%.

 

  

  Mais voici Rachida . Elle ne sort pas de l’ENA, son père n’est pas colonel, son grand père n’est pas polytechnicien, c’est une vraie beurette de chez beurette. Elle a un talent incroyable pour se faire parrainer par les gens qui comptent : Chalandon qui fut garde des sceaux, Simone Veil qui fut présidente de l’Europe, Lagardère , ses avions et ses magazines, Cécilia la peu fidèle, Sarkozy le vizir Isnogoud devenu calife à la place du calife. Et la voici ministre de la justice comme son parrain Chalandon. Elle l’a d’ailleurs invité à la passation de pouvoirs, elle sait être reconnaissante. Au moins une magistrate au ministère de la Justice, c’est un progrès. Elle semble s’habiller avec élégance Bref elle a tout pour elle, à part sa mâchoire, mais ça je l’ai déjà dit. 

 

   Meilleurs vœux à Rachida la beurette miracle. On va suivre la suite avec attention. Le vieil Hibou en trépigne d’impatience. Pourvu qu’il ne soit pas déçu !

Le sage hibou

                                   

Publié dans le sage hibou a dit

Partager cet article

Repost 0

y a ca aussi

Publié le par helene33660

y a cela aussi...

Interview - Franck Reyne - Entraîneur National Jeunes - Mai 2007

 Ancien cadre technique National "horse ball" à la FFE, Franck Reyne a également été l'entraîneur de la grande formation de Saint Selve. Toujours actif pour le horse ball français, Franck Reyne est ce que l'on pourrait appeler un "touche à tout" : joueur, entraîneur, directeur de clubs, responsable fédéral, organisateur, assistant des Equipes de France... Bref, Franck Reyne c'est un concentré de bonne humeur, d'humour mais également de travail et de détermination.

Aujourd'hui, c'est à lui que la FFE a confié le poste de sélectionneur et d'entraîneur de l'équipe de France de horse ball Jeunes 2007.

L'occasion pour la rédaction de www.horse-ball.org de s'entretenir avec le nouveau responsable des petits bleus !

 - www.horse-ball.org : Bonjour Franck Reyne. Pouvez-vous vous présenter, pour les personnes qui ne vous connaissent pas encore ?

- FR : Je suis Directeur des Ecuries de Saint Selve depuis 1989 et Directeur de l'Etrier Sportif d'Arcachon depuis 2002. Entraîneur de différentes catégories d'équipes de Horse Ball, des Moustiques aux Elites, depuis 1991. J'ai occupé le premier poste de Cadre Technique Horse Ball à la FFE, mis en place par Philippe Thiebault, de 1999 à 2002. J'ai fait partie de l'encadrement de différentes Coupes d'Europe auprès de Philippe Thiebault puis de Thomas Soubes.

 - www.horse-ball.org : Quelles sont les raisons et les conditions de votre nomination au poste d'Entraîneur National Jeunes ?

- FR :  La condition de ma nomination, est de mener cette équipe de cadets jusqu'à ce Championnat d'Europe 2007.

 - www.horse-ball.org : Quels sont vos objectifs, ainsi que les moyens que vous voulez mettre en oeuvre pour l'équipe de France Jeunes et le horse ball en général ?

- FR : Sélectionner une équipe représentant au mieux l'image du Horse Ball français. Que ce Championnat reste une expérience et un souvenir inoubliable pour les jeunes cavaliers sélectionnés. Quant aux moyens, je reprends ce poste un peu en urgence avec un Championnat d'Europe très proche, ce qui va nous laisser peu de temps pour nous préparer. La sélection de 12 couples s'effectuera aux Championnats de France des Jeunes avec un premier regroupement de cette sélection aux championnats de France des Féminines où je retiendrais 8 couples et un remplaçant. Je souhaiterai mettre en place un stage de préparation avant de partir à Auvers ou pouvoir effectuer la compétition de Saint Georges d'Orques.

- www.horse-ball.org : Ca fait peur de reprendre les rênes de l'équipe de France Jeunes après le parcours victorieux de Christophe Desormeaux ?

- FR : Je n'ai vraiment aucune appréhension de reprendre l'équipe de France derrière Christophe. Nous sommes de la même région et nous avons, je pense, le même idéal pour le Horse Ball tant pour notre région que sur le plan national et international. Christophe a  fait son travail, je ferai le mien.

- www.horse-ball.org :quels sont les critères de sélection  pour intégrer l'Equipe de France jeunes et quel est le  programme des Bleus  pour le prochain championnat d'Europe qui aura lieu à Auvers?

-FR : pour moi 4 critères de base essentiels :

une bonne base équestre

une technique individuelle de qualité

un bon état d'esprit prêt à servir son équipe

un couple harmonieux.

le Championnat d'Europe des jeunes se déroulera à Auvers du 25 au 29 juillet prochain.

- www.horse-ball.org : Merci pour ses réponses,Monsieur Reyne, et Bonne chance à l'Equipe de France Jeunes.

 

voilà, tout est dit ou presque....un an de travail, d'attente, les dernières nuits écourtées pour beaucoup de jeunes, (et leur maman) , tant l'exitation est présente. La malle est presque fermée. Demain, à cette heure ci, Marie et  son équipe seront  déjà sur la route. Et qui sait,  peut être sur le chemin de cette pré- sélection en Equipe de France....  ?

Publié dans vive le sport

Partager cet article

Repost 0

je décline ...

Publié le par helene33660

Je décline...

 

     C’est ben vrai : je décline, je me déglingue. Jusqu’à quatre-vingt ans ça va à peu prés, mais après, tout commence à tomber en quenouille. Et j’en veux à ce Jéhovah de mes deux, créateur du ciel et de la terre pourtant, de ne pas avoir trouvé une meilleure solution pour nos fins de vie.

 

   La vieillesse est un naufrage, comme disait le capitaine de Gaulle en parlant de son chef de l’époque, le prestigieux Maréchal Pétain. Moi qui adorais courir le monde sac au dos accompagné de ma dulcinée, quand j’ai fait cinq cents mètres maintenant, je suis obligé de m’asseoir un moment pour reprendre des forces, même que les passants s’arrêtent pour me demander si j’ai un problème ! Pas marrant d’être un petit vieux ! Faut trouver une solution.

 

   Et pourtant elle existe la solution : un jeune et brillant prophète juif nommé Iéshou l’a trouvée : il est monté au ciel comme ça, juste en étendant un peu les bras. Ca a marché, on a appelé ça l’Ascension, et la preuve c’est que l’on a encore fêté ça jeudi dernier.

 

Aussi au nom de l’égalité, j’exige l’ « Ascension pour tous » ! Ce sera du gagnant-gagnant, comme dirait Ségo.

Pour moi : je serais très bien au Paradis, assis sur mon petit nuage blanc, à écouter les séraphins jouer de la harpe, à contempler les petits chérubins cul nu voleter dans les branches des arbres célestes , à bavarder avec ma grande copine, Marie de Magdala, qui me raconterait ses histoires de call-girl hiérosolomite, à regarder le père Joseph raboter ses planches en faisant de beaux copeaux, pendant que la Sainte Vierge, son petit Jésus sur le bras, jouerait à la Madone auprès de la population comme si c’était Ségolène à Poitiers. 

Il ne manquerait que Rachida, car je ne sais pas s’il y a de la place pour les beurettes au paradis : j’ai bien cherché dans le Coran mais je n’ai rien trouvé. Et pourtant avec son beau tailleur noir avec plein de boutons d’argent, elle ferait très bien dans le décor notre chalandonette nationale.

 

   Tout ça juste pour vous dire que ce n’est pas marrant d’être octogénaire.

 Le Sage Hibou

Publié dans le sage hibou a dit

Partager cet article

Repost 0

Au MenU du JouR

Publié le par helene33660

Au menu du jour

OKEDAC

 est heureux de vous accueillir 

dans son petit bar

 dU cHAmP De FOiRE,

- de Saint André de Cubzac-

 le samedi 26 mai à 21 h.

 

Au menu du jour

 

Le vent nous portera  (Noir Désir)

Zaza   (T. Fersen)

Tous ces mots terribles   (FR. Beranger)

Les passantes   (Brassens )

Les filles d'aujourd'hui   (B. Fontaine)

Prairies légères   (Castafiore Bazooka)

Noir et blanc   (B. Lavilliers)

Atterissage en douceur

Titicaca

Les p'tits bars   (La Baronne)

 

Entracte

 

Je suis venu te dire que je m'en vais (Gainsbourg)

Télé ras le bol

Kamalondo  (Zaïre)

Tom du Mali   (G. Lafaille)

Je me suis souvent demandé  (R. Anthony)

Touche pas à mon puits

Pouet pouet  (Au bonheur des Dames)

Pourquoi  (Les Wriggles)

La mort du peuple (Mickey 3D)

Publié dans coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

le retour d'Ulysse

Publié le par helene33660

Le Retour d’Ulysse.

 

 

 

    Je vous racontais, il y a peu, le beau tapis rouge que les Ouzbeks avaient déployé pour moi à Tachkent, capitale d’une fière république de la Route de la Soie, et mon retour jusqu’à la petite sirène de Copenhague. J’en étais resté là, car mon ex-rédac chef m’avais appris à ne jamais dépasser une page, car il parait qu’au delà votre attention faiblit et que vous êtes infoutus de lire « Guerre et Paix », de Tolstoï, c’est trop long. Mais plusieurs d’entre vous ont protesté, et vous me réclamez la suite de l’histoire.

 

 

 

   Je sais, je sais, Homère avait bien raconté la Guerre de Troie, celle qui n’aurait pas dû avoir lieu selon Giraudoux, mais qui a eu lieu quand même, fallait bien que les Grecs aillent récupérer leur Cécilia en fugue de l’autre côté de l’eau : un chef d’état cocu, ça la fout mal. Alors ils ont construit ce grand cheval de bois où ils ont entassé toute la fleur de l’armée achéenne , les Troyens un peu naïfs ont pris le canasson  pour un dieu et l’ont fait entrer dans la ville et se sont fait avoir comme des bleus. On a récupéré Cécilia, on a trucidé les Troyens, on a violé leurs femmes, et la guerre a été gagnée. Il n’y avait plus qu’à revenir.

 

 

 

 Homère en était resté là, mais ses lectrices ont protesté, l’ont inondé d’é-mails, et l’Homère d’alors a bien été obligé de raconter la fin de l’histoire. Le retour a été fort long, pour revenir de Troie à Ithaque le plus court aurait été de passer par le canal de Corinthe, mais celui-ci n’était pas encore construit, et de toutes façons dans le golfe de Corinthe les vents changent si brutalement vers onze heures du mat que l’on se retrouve immanquablement à la baille, ça m’est arrivé plus d’une fois, j’en avais pris l’habitude. (Ya des photos pour le prouver, si je les retrouve).

 

 

 

   Trois mille cinq cents ans plus tard, vous me réclamez, chères lecteurs et non moins chères lectrices, au moins la fin de cette journée commencée au petit matin au célèbre Raffles de Singapour et qui devrait se terminer, si tout va bien, dans mon Ithaque à moi à Tassin la Demi-Lune, mais je n’y suis pas encore. A l’entrée de la salle de transit à Copenhague, il y a un grand cercle rouge avec dedans une arme de poing noire barrée de rouge : prière de laisser vos pétards avant d’entrer. Ils sont naïfs les Danois ! comme si les mafiosos siciliens ou les yakusas japonais allaient obtempérer ! Personne n’a déposé d’arme ce jour là, même pas un opinel. Je trouve vite un avion pour Paris, mais faut bien faire attention, pour Orly pas pour Roissy, car je dois continuer vers Lyon.

 

 

 

 Orly Sud, puis Orly Ouest : le monde est bien fait, j’attrape le dernier Lyon où je me retrouve un peu après minuit. Y a plus qu’à retrouver ma voiture, mais  à cette époque, ni les allées, ni les places du parking de Lyon-Bron n’étaient numérotées, et retrouver son char  dans ce foutoir n’a rien d’une  sinécure.  Heureusement, j’avais  un truc :  ma  R5 vert pomme criard,  se voyait de  très loin au milieu des 403 ou 404 noires.  Sauf que  de nuit tous les chats sont gris et toutes les R5 aussi….

 

 

 

   Enfin voici ma tire, ya plus qu’à traverser l’agglomération lyonnaise d’est en ouest, gravir la colline sacrée de Fourvière et  enfin redégringoler vers Tassin.

 

 La maison est bien là, elle n’a pas brûlé, c’est déjà ça, tout est calme, il ne doit pas être loin de deux heures du mat, mais à l’intérieur personne ou presque. Je retrouve mes  deux derniers, les Numéros  4 et 5, mais c’est tout ! L’aîné, c’est normal : il est interne en Math Spé à Clermont Ferrand, mais les autres ?

 

 

 

  3 heures du mat, v’là le téléphone qui sonne : c’est la police de Lyon qui a récupéré mon numéro 3 et qui me prie de venir le récupérer. Soit, mais  ca ne me dit pas où sont les autres ????

 

Comme Homère, j’ai dû m’absenter beaucoup trop longtemps…..

Le Sage Hibou

 

                       

Publié dans le sage hibou a dit

Partager cet article

Repost 0

blogs d'ados bien sympas.

Publié le par helene33660

d'autres blogs

Je voulais vous présenter  ces blogs bien sympas, tous liés au horse ball.

http://saintgervais.skyblog.com/

http://beauty-33.skyblog.com/3.html

http://pepetten.skyblog.com/index.html

http://lovethehorseball.skyblog.com/

On est J - 5.

Je crois que dans toutes les chaumières de France, les cavaliers préparent leur matériel. Marie a sorti la lourde malle. Les bandes  sont lavées roulées.  Les couvertures et autres protections pour le poney s'accumulent dans la véranda. On a racheté quelques kilos de carottes. Les cuirs ( chaussures, selle, sangles.....) sont astiqués.

Il y a comme un petit brin d'exitation dans l'air, et c'est génial.

Hier, nous sommes allés à la Foire internationale de Bordeaux. Il y avait des matchs  de compétition de Horse ball, catégorie ELITE. ( les plus forts de France).

On a revu les copains d'Aramon, de Bretagne... Qu'est ce que cela faisait chaud au coeur.  François le  cadet joue en National 3. Hugo aussi. Mathieu, lui a intégré le niveau Elite. Il n'a que 17 ans.

J'ai aussi découvert une joueuse exceptionnelle. Christine Laguerre, du club d'Aramon. Sur son  magnifique cheval, elle fait des merveilles. Tout en fluidité,  à une vitesse folle. Je m'en suis régalée les yeux.   On m'a dit que cette jeune femme faisait partie de l'Equipe de France..... Ca ne m'étonne pas.

 

Publié dans vive le sport

Partager cet article

Repost 0

guy Môquet : la dernière lettre

Publié le par helene33660

Blog de atriaskulls : C'est la vie ..., La Lettre de Guy Môquet

La lettre de Guy Môquet à la veille de sa mise à mort

Lors d'une cérémonie au Monument de la Cascade du Bois de Boulogne, Nicolas Sarkozy a annoncé que sa "première décision" de président sera de faire lire chaque année dans tous les lycées la dernière lettre du jeune résistant Guy Môquet, fusillé à 17 ans en 1941. 


Ma petite maman chérie, mon tout petit frère adoré, mon petit papa aimé,
 
Je vais mourir ! Ce que je vous demande, toi, en particulier ma petite maman, c'est d'être courageuse. Je le suis et je veux l'être autant que ceux qui sont passés avant moi. Certes, j'aurais voulu vivre. Mais ce que je souhaite de tout mon cœur, c'est que ma mort serve à quelque chose. Je n'ai pas eu le temps d'embrasser Jean. J'ai embrassé mes deux frères Roger et Rino. Quant au véritable je ne peux le faire hélas !
J'espère que toutes mes affaires te seront renvoyées. Elles pourront servir à Serge, qui je l'escompte sera fier de les porter un jour. A toi petit papa, si je t'ai fait ainsi qu'à ma petite maman, bien des peines, je te salue une dernière fois. Sache que j'ai fait de mon mieux pour suivre la voie que tu m'as tracée.
 
Un dernier adieu à tous mes amis, à mon frère que j'aime beaucoup. Qu'il étudie bien pour être plus tard un homme.
 
17 ans 1/2, ma vie a été courte, je n'ai aucun regret, si ce n'est de vous quitter tous. Je vais mourir avec Tintin, Michels.
Maman, ce que je te demande, ce que je veux que tu me promettes, c'est d'être courageuse et de surmonter ta peine.
 
Je ne peux en mettre davantage. Je vous quitte tous, toutes, toi maman, Serge, papa, en vous embrassant de tout mon cœur d'enfant. Courage !
 
Votre Guy qui vous aime.
 


Guy Môquet (né en 1924 et mort le 22 octobre 1941) est un militant communiste, célèbre pour être le plus jeune des vingt-sept otages du camp de Châteaubriant, fusillés en représailles après la mort de Karl Hotz.

Guy Môquet était le fils d'un cheminot, député communiste du XVIIe arrondissement de Paris Prosper Môquet. Le parti communiste ayant été dissous par Édouard Daladier en septembre 1939, Prosper Môquet est arrêté le 10 octobre 1939, déchu de son mandat de député en février 1940 et plus tard déporté dans l'un des camps de concentration français en Algérie. Le frère de Prosper, Henri était concierge au siège du parti communiste. À la fin de l'été 1940, il est intégré dans le dispositif clandestin du parti.

Guy Môquet était lycéen au lycée Carnot et fervent militant des jeunesses communistes. Après l'occupation de Paris par les Allemands et l'instauration du gouvernement de Vichy, Guy déploie une grande ardeur militante pour coller des papillons dans son quartier dénonçant le nouveau gouvernement et demandant la libération des internés. Il est arrêté à 16 ans le 13 octobre 1940 au métro Gare de l'Est par des policiers français qui recherchaient les militants communistes. Les policiers le passent à tabac pour qu'il révèle les noms des amis de son père.

Emprisonné à Fresnes, puis à Clairvaux, il est ensuite transféré malgré son acquittement au camp de Châteaubriant (Loire-Atlantique), où étaient détenus d'autres militants communistes.

Le 20 octobre 1941, Karl Hotz, commandant des troupes d'occupation de la Loire-inférieure, est exécuté à Nantes par trois jeunes communistes. Le ministre de l'Intérieur du gouvernement Pétain, Pierre Pucheu, sélectionne des otages communistes « pour éviter de laisser fusiller 50 bons Français » : 18 emprisonnés à Nantes, 27 à Châteaubriant et 5 Nantais emprisonnés à Paris.

Deux jours plus tard, neuf poteaux sont dressés à la Sablière, vaste carrière à la sortie de Châteaubriant. En trois groupes, les 27 otages s'y appuient, refusent qu'on leur bande les yeux et donnent leur vie en s'écriant « vive la France ! ». Guy Môquet est le plus jeune.  Il est abattu à 16h00.

Publié dans coup de coeur

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>