craquements

Publié le par helene33660

Craquements.

 

   Entendez vous ces bruits sourds qui grondent  dans la charpente ? Crac, crac,crac, c’est la planète qui craque : le crac est arrivé.

Il y en avait eu un en 1929, mais je ne m’en souviens pas, je n’avais que trois ans à l’époque, je ne savais pas ce que c’était qu’un emprunt, ni un compte en banque, ni une orange, ni une banane, encore moins un kiwi ou des gambas.

 

Cette fois ci, nous dit-on, ce sera pire. Les Américains vont se retrouver à la rue par millions, infoutus de payer les mensualités de leur maison, vous mes chères amies, on va vous saisir cette BMW dont vous êtes si fière et qui fait tant bisquer vos voisins, mais que vous n’avez pas fini de payer. Le pape, lui, a failli rester coincé à Lourdes, car Alitalia n’a plus le moindre sou pour payer le carburant de ses avions. Il a fallu que Nicolas Blingbling, le papa de JeanS, lui offre le retour par Air France ! Un bel exemple de laïcité positive, au demeurant.

 

   Mais que s’est il donc passé ? A force de prêter de l’argent à des fauchés qui ne pourront jamais rembourser, les banques et les organismes de crédit se sont ruinés, je dis bien : ruinés. Lehman Brothers, par exemple, a ainsi six cents milliards de dollars irrécupérables.

 

Vous avez bien lu : six cents milliards, pas six cents millions. Six cents millions, ce ne serait déjà pas mal, mais six cents milliards, c’est mille fois plus ! Et puis il y a ces deux organismes privés de crédit aux noms de personnages de BD, « Fanny Mae » et « Freddie Mac », et dont vous n’aviez probablement jamais entendu parler, elles aussi  en déconfiture, une déconfiture tellement  grave que le gouvernement américain s’il le voulait ne serait pas assez riche pour les renflouer !

 

C’est la Katastrophe avec un grand K ! La fin des haricots ! mais on n’ose pas nous le dire : Christine Lagarde, notre trésorière nationale, nous dit bien que c’est grave, mais pas trop ! Faut pas affoler le bon peuple.

 

le sage hibou


Publié dans le sage hibou a dit

Commenter cet article