humour chic dans la crise

Publié le par helene33660

Ce soir en rentrant du bureau, Charles-Henri m'a lancé au visage ce que je croyais être un tract de Besancenot tant il était furibond.
 Pas du tout, c'était ma dernière note de frais :
 une étude du marché chinois (8.999 euros),
déjeuner avec des clients (4.500 euros),
aménagement de poste de travail (3.500 euros)
 et un ticket de parking avec justificatif (1 euro).
Soit un total de 17.000 euros, exactement le montant de ma dette à l'Eglise de scientologie.

« C'est quoi cette étude de marché ? » grommela-t-il.
« Une étude qualitative et quantitative sur un échantillon de 8 chinois représentatifs de ce que j'avais sous la main. La conclusion de ma mission en Chine est très positive pour notre entreprise FrivoliToys : 80% ne connaissent pas les sex-toys mais se disent prêts à en faire l'essai, et le marché chinois ne demande qu'à s'ouvrir à nos produits ».

« Félicitations, ma chère, 8.999 euros pour ça, vous battez le record de Xavière Tiberi, pourtant difficile à concurrencer sur ce terrain » ironisa-t-il.

Puis, je fus soumise à un véritable interrogatoire : pourquoi n'y-a-t-il pas les noms des 50 clients invités au repas ?
- parce que c'était un car de japonais dont les noms ne vous auraient rien dit.
C'est quoi cet aménagement de poste de travail ?
- Une parure « Paris Hilton » pour le PC de Marie-Charlotte. Elle ne supporte plus la froideur technologique du métal pour se concentrer sur ses mails, échanger avec ses amis de Facebook et télécharger sur l'internet diverses choses intéressantes. En vérité, ne le répétez pas, je l'ai payée 25 euros à la Foirfouille.

Je ne comprenais pas cette suspicion. J'ai toujours eu coutume de faire une note de frais à la Société chaque fois que mes besoins personnels l'exigeaient ; le comptable n'y trouvait rien à redire et le commissaire aux comptes les approuvait.

« Je ne vais pouvoir retenir que votre ticket de parking lorsque vous êtes allée poster la Déclaration de TVA, et c'est tout. Les temps ont changé, Anne-Sophie, et avec la crise nous ne pouvons plus faire n'importe quoi comme avant. Nous sommes contrôlés, sous les feux des médias » conclut Charles-Henri.

Je tombais des nues, la crise me frappait de plein fouet. Avec 1 euro par note de frais, il me faudra des lustres pour rembourser l'église de Scientologie.
Je faisais une entrée en fanfare dans la rigueur.


Le Billet d'Anne-Sophie.

Commenter cet article

Chriss 06/10/2009 18:05


J'adore l'image du marché qui s'ouvre aux sex-toys ....


helene33660 17/10/2009 06:42


il faut de tout .....lol


humanlove 06/10/2009 10:36


tres drole et bonne entrée en matiére


helene33660 06/10/2009 14:14


je prends , je prends..le compliment .  merci