t'es bete Hélène, (parfois)

Publié le par helene33660

hélène t'es bete
parfois. lol



je me sens bête parfois. que je vous explique....

A la maison, on élève  deux chevaux : la ponette de Marie  et la jument de la Belette.  un voisin nous a prêté un pré, et Philippe  nous a fait construire 2 abris de bois. c'est super. le seul hic,  ce sont les déchets. et oui !  nos chevaux font des crottins  sur les copeaux de bois de leur litière.  

Evidemment,  il nous faut recycler tout cela  or la déchetterie locale  n'en veut pas.

Tous les jours,  les enfants ou moi, stockons les crottins dans une charette. et quand la charette est pleine, nous allons la décharger chez Ibrahim, qui fait de la terre végétale. son chantier est à 500 m de la maison,ce qui tombe  plutot bien.

Seulement, voilà 4 semaines au moins que la grille d'Ibrahim est fermée.... j'y passe régulièrement, et niet, rien n'est ouvert, pas un signe de vie... me voilà bien embetée.... les crottins s'accumulent donc tit peu  à coté des box.

j'ai bien un numéro de téléphone, mais  bete comme je suis , je n'ose pas téléphoner.  j'ai si  peur de déranger les gens... j'ai peur aussi que l'on me dise non.... alors je recule, je ferme les yeux et mes crottins s'ammoncèlent.........

 

jusqu'à hier, où enfin, je me suis décidée..... ( je crois que je n'avais plus le choix ! )  et  c'est avec un immense soulagement que j'ai entendu Ibrahim me dire : c'est la porte, Madame,  elle est cassée, alors je peux plus l'ouvrir. il faut passer par l'autre coté ! et puis vous, vous z'avez que des petites remorques, alors vous n'avez qu'à le baller au  milieu du chemin et moi je m'arrangerai......

 

et dire que ca fait  des semaines que je me fais du cinéma..... alors vite vite, j'ai atelé ma charette et suis passée sur son petit chantier;;;; 

je vous dis pas comment j'étais de bonne humeur....

je souris, quand les rouages vont bien tout est magnifique... pour les chevaux, j'ai osé contacter mes voisins, et voilà ce que ca donne :

d'abord je vais chercher les copeaux chez un artisan menuisier. je me sers directement  et gracieusement dans son stock. (je crois que cela l'aide un peu aussi )

ensuite, quand les copeaux crottinisés sont inutilisables, je les recycle chez Ibrahim qui améliore sa terre. pas mal vu, non ?

Pour le foin, je fais aussi local. un chouette monsieur, plutot patriarche  m'accueille toujours avec le sourire. comme il n'a jamais de monnaie , je me rends la monnaie en sarments de vigne.  ( ce sont des fagots de bois de vigne. Ca  remplace en mille fois mieux le charbon de bois ). 

Ensuite, régulièrement mon boulanger m'offre ses vieux pains. les chevaux adorent... Ils apprécient aussi les pommes, et là, je vais chez un grossiste qui me revend ses trop petites pommes.

j'aime bien ces petits réseaux qui se forment. qui ne demandent rien, mais qui agissent avec intelligence.  Ca me change de l'avidité quotidienne qui nous entoure.

si cela vous arrive à vous aussi , n'hésitez pas, laissez moi un mot.

Publié dans au quotidien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

:0091: lili :0010: 17/10/2006 21:45

c'est super de voir comment tu t'en sort avec des échanges tu revient aux temps anciens du troc, je ne pensais pas que cela se pratiquait encore de nos jour, j'en suis ravie
bonne soirée et bises

Sophie 17/10/2006 06:03

Pas si bête que  cela Hélène ......en plus tu fais dans le bio alors.....merci pour la terre !!!!!
Bonne journée

jdazil3738 16/10/2006 20:34

en somme, Hélène, tu viens de créer un S.E.L (système d'échanges libres ) mais rien à voir avec les clubs échangistes, rassurez-vous tous: voir http://www.selidaire.org/spip/rubrique.php3?id_rubrique=237
Quand j'étais gamin j'avais demandé à mon père pourquoi on avait besoin d'argent pour acheter, il n'y avait, d"après moi,  qu'à échanger, comme pour les billes..il m'avait répondu: "tu crois que cela intéresserait le boucher et le boulanger que je leur propose d'échanger leurs marchandises contre des leçons de maths?"...