Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

3 articles avec doc vincent a dit

Ejaculation précoce

Publié le par helene33660

Ejaculation précoce, le nouveau médoc !

ejac.jpg
 Priligy® vient de sortir. C’est un nouveau médicament contre l’éjaculation précoce dont la molécule s’appelle la Dapoxétine.<

La Dapoxétine, ça sert à quoi ?
Le Priligy® a comme action de ralentir l’éjaculation. Quand un garçon souffre d’éjaculation précoce, c’est une des solutions possibles…
La Dapoxétine, ça se prend comment ?
Pour éviter l’éjaculation trop précoce on prend un comprimé de Prilily® une à 3 heures avant un rapport sexuel. Et il ne faut pas en prendre plus d’un par 24 heures. C’est la dose maximale. L’idéal est de le prendre avec un grand verre d’eau, car cela diminue le risque d’effets indésirables.
La Dapoxétine, ça agit comment ?
Le Priligy® multiplie par 3 la durée du rapport sexuel à partir de la pénétration. Si par exemple, ça ne durait que 1 minute, ça va durer 3 minutes avec médoc, donc l’éjaculation n’est plus aussi précoce. C’est un changement déjà énorme. Et si ça durait déjà 3 minutes, on arrive à presque 10 mn sous traitement…
La Dapoxétine ralentit tout simplement le réflexe de l’éjaculation en agissant au niveau du cerveau sur un neurotransmetteur, la sérotonine.
La Dapoxétine, est-ce que ça suffit ?
Le Priligy® augmente la durée du rapport sexuel. Mais ce médicament ne change pas le réflexe pour toujours. Pour apprendre à éjaculer moins rapidement, il faut associer des exercices pour que le corps expérimente une autre manière de fonctionner… Quels exercices ?
La Dapoxétine + les exercices, c'est encore mieux !
Quels exercices ? Mate un peu...
Ben non, Doc Vincent ( http://madamemedecine.blogspot.fr)   n'est pas convaincue. Ce produit est un antidépresseur et on les met à toutes les sauces pour faire marcher le commerce. Décidément ils n'ont peur de rien!

Notez bien,nulle part il n'est écrit que c'est un antidépresseur, et même pas dans la pub insérée dans Le Quotidien du médecin et Le Généraliste, même pas écrit en tout petit. 

Publié dans Doc Vincent a dit

Partager cet article

Repost 0

Economies pour la Sécu ?

Publié le par helene33660

Economies pour la Sécu?

secu2.jpg-"J'ai une bonne  idée "dit le docteur Vincent !
Je propose que les patients ne soient plus obligés d'aller chez le médecin généraliste pour une simple gastro, mais qu'ils le signalent à leur travail.  Ca parait un peu fou, mais ça coûte 23 euros minimum à la Sécu juste pour que le patient ait un papier qu'il puisse apporter à son travail.
Il n'y a pas grand chose de médical à faire le gratte-papier lorsqu'on sait pertinemment que le patient ne serait jamais venu si c'était juste pour se faire soigner.

Ca m'arrive de faire des ordonnances familiales lorsque tous les membres sont malades mais ne peuvent pas forcément se déplacer. 
Et le traitement peut changer un peu selon les médecins mais en essence c'est un antidiarrhéique, un antinauséeux, du riz et des bananes, du coca et du bouillon.

N'est-ce pas une bonne idée? Si non, argumentez.

secu.JPGMais j'ai la conviction que des tas de consultations ne servent à rien ( petits boutons d'acnée vus à domicile à quatre heures du matin chez un patient ayant la CMU par exemple) et ne servent qu'à renflouer les caisses du médecin et à justifier une absence de cantine, d'école etc.
Un grand pas a été fait en permettant aux pharmacies de renouveler des traitements chroniques, on peut faire mieux.
 
Doc Vincent.

Publié dans Doc Vincent a dit

Partager cet article

Repost 0

Le livre noir des hôpitaux

Publié le par helene33660

Le livre noir des hôpitaux.

Les accidents survenus dans les hôpitaux à la fin 2008 « ne sont que l'écume des dysfonctionnements » de notre système de soins. C'est le constat qui se dégage de l'Enquête nationale sur les événements indésirables liés aux soins (
Eneis) et dont rendent compte, entre autres sujets inquiétants, les auteurs du "Livre noir des hôpitaux" aux éditions Calmann-Lévy.
...
Les auteurs de cet ouvrage sont tous trois journalistes au Point. Philippe Houdart, François Malye et Jérôme Vincent ont voulu montrer l'envers du décor de l'hôpital. « On y côtoie des médecins mercenaires, employés pour boucher les trous alors qu'ils n'ont parfois pas les qualifications requises. On y rencontre aussi, des chirurgiens alcooliques, dépressifs ou drogués, des infirmières démoralisées et des gestionnaires qui se prennent parfois pour des traders »… (pages 67 à 73).
...
Tout aussi inquiétante est une mauvaise organisation des soins, observe l'hebdomadaire. Ainsi, il se produit chaque jour près de 400 « événements indésirables graves », relèvent les auteurs. Dans les faits, ce sont « entre 350 000 et 460 000 événements indésirables graves qui se produisent durant l'hospitalisation chaque année en France, dont 120 000 à 190 000 pourraient être évités. Soit entre 320 et 520 incidents évitables chaque jour ».
La majorité de ces événements (48,9 %) se produisent en chirurgie, secteur où « la prise de risques est la plus importante ». Les erreurs de diagnostic ou de mauvaises manipulations pendant l'intervention en sont les principales causes. Viennent ensuite les prescriptions inadaptées de produits de santé, notamment de médicaments : elles seraient responsables de 26,7 % des décès à l'hôpital.
...
L'accident médical peut également survenir lors d'un usage inadapté du matériel. A ce titre, rapporte Le Point, « la France décroche une place de champion du monde », celle du « plus important accident de radiothérapie jamais survenu au niveau international ». On s'en souvient : il s'est produit entre 1987 et 2006 au centre hospitalier Jean-Monnet d'Epinal, où
5 500 patients ont été surirradiés durant leur traitement contre le cancer.
Frédéric Lavignette, pour
La Mutualité française
...
Ca n'a pas dû être évident à ecrire et entouré d'un maximum de précautions juridiques.
Déjà 18 000 exemplaires en quelques jours !

Doc Vincent

Publié dans Doc Vincent a dit

Partager cet article

Repost 0