Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les écuries du Pato - chapitre 1 Bienvenue au club

Publié le par helene33660

Bienvenue au club - chapitre 1

Publié le 30 octobre 2014 par Helene des Ecuries du Pato

Chapitre 1

- Maman, demande Rémi, assis devant sa tablette, alors que sa mère prépare le petit déjeuner, as-tu décidé quelles activités nous allons faire pendant les stages d’été ? Ferons- nous du polo comme l’an dernier ?

- Non ! répond Madame Lecuyer, je pense que cela ne sera pas possible, l’activité n’a pas plu à tous les cavaliers.

Rémi et Alex, son frère ainé, échangent par-dessus leurs bols de céréales des regards consternés.

- Allez, dit Diego le moniteur, ne faites pas cette tête là. De toute façon, Margaux et moi n’allons pas rester sans rien faire. Votre maman ne vous a rien dit ?

- Non, s’écrie Thildou. Vous êtes surs de ne plus vouloir jouer au polo ? C’était si bien !

- Je sais, l’interrompt sa maman, mais cette année, nous voudrions innover un peu et nous lancer …

- Pourquoi pas dans le pony games ? propose soudain Rémi levant les yeux de son écran. Ça serait trop cool avec ma Kéloïa.

- Non, non s’exclame Madame Lecuyer. En fait, j’ai pensé au horse ball. J’ai assisté le mois dernier à une démonstration et cela m’a beaucoup plu. Diego en a déjà fait. Allez l’aider à ranger la sellerie, il vous racontera. Pendant ce temps, Fred et moi recevrons mon amie d’enfance, Babette qui s’installe dans la région.

Le club de Madame Lecuyer est magnifique. Elle y vit depuis 5 ans avec Fred son mari, cavalier professionnel et les trois enfants qu’ils ont eus ensemble. Alexandre, dit Alex est âgé de 11 ans. Ensuite viennent les jumeaux Rémi et Mathilde 10 ans.

- Il y a longtemps que l’on n’a pas vu Babette ! s’exclame Rémi, curieux. Viendra t- elle avec Paola, ta filleule ?

- Babette est une grande voyageuse dit Madame Lecuyer. Mais elle revient ici après une longue période à l’étranger. Elle a envie de s’installer au village et voudrait que sa petite Paola, fasse quelques stages avec nous …. Voilà pourquoi elle passe aujourd’hui.

- Est-ce que Paola va rester longtemps ? l’interrompt Philou.

- Surement quelques jours. Vous pourrez être dans la même reprise puisqu’elle possède son galop 3.

- Tout comme moi ! s’écrie la douce Thildou. Je suis sure qu’elle deviendra ma copine. J’espère qu’elle a hâte de nous voir.

  • Justement, coupe Diego. Madame Caballero (Babette) pense que Paola sera mieux ici, avec vous tous que seule dans sa nouvelle maison. Elle ne connait personne au village.

Les enfants sont intrigués.

Ils connaissent peu Paola et Babette. Ils savent que leur mère et son amie ont beaucoup voyagé ensemble autrefois. Pour satisfaire leur passion de l’équitation, elles ont visité L’Australie, l’Argentine, la Mongolie, tous ces pays où le cheval est roi. Margaux a ramené de ses longs voyages un lasso, et des photos exposées dans le club house…

Neuf mois après leur dernier voyage, Babette a demandé à Margaux d’être la marraine de l’enfant qu’elle portait.

A quoi ressemble cette nouvelle cavalière ? Est ce qu’elle viendra avec son propre cheval, demande Remi curieux ?

- Non, réplique Monsieur Lecuyer qui vient d’entrer, un licol jeté sur son épaule. Paola montera nos poneys. Au fait, votre reprise débute ans 30 minutes.

Aussitôt les enfants se ruèrent vers les écuries.

Jamais une reprise n’a été préparée avec autant de sérieux. Les enfants ont rejoint les box où les attendent calmement les poneys. Alex, très organisé passe par la sellerie prendre sa boite de pansage. Thildou qui le suit, chantonne en emportant un licol. Elle aime la nouvelle sellerie, aménagée par Diego, charpentier à ces heures. Elle hume sans cesse les odeurs de cuir et de bois.

  • Thildou ! c’est l’heure de brosser nos poneys, s’écrie Rémi, ne traine pas tant et ramène moi des brosses.

Rémi adore commander sa jumelle. Il répète souvent qu’il est sorti de ventre de leur mère le premier. A ce titre, il prétend être l’ainé des deux.

  • Porte toi-même ton matériel l’interrompt Alex qui ne comprend pas pourquoi Thildou lui obéit sans rien dire.
  • J’ai fini ! s’écrie t-il . Allons chercher nos selles et nos filets.

Diego sort alors de la sellerie, les bras charger de tapis… C’est lui qui dirigera la reprise.

- Dépêchez- vous. Je vous donne 5 minutes pour être à cheval dans la carrière. La nouvelle carrière est vaste. Longue de 60 m et large de 20 m, elle vient d’être redessinée par Fred, qui avait exigé un sol souple et amortissant pour ses chevaux de grand prix.

- « Comment exiger d’eux le meilleur d’eux- mêmes, s’ils n’ont pas le maximum de confort » avait-il coutume de dire d’un ton sévère.

Les jeunes cavaliers adorent travailler dans cette carrière de sable Toubin Clément d’autant plus confortable que le soleil brille.

http://ecuriesdupato.over-blog.com/2014/10/bienvenue-au-club-chapitre-1.html

Publié dans Ecuries du Pato

Partager cet article

Repost 0

Hausse choquante des salaires de nos conseillers ministériels

Publié le par helene33660

Hausse choquante des salaires de nos conseillers ministériels

Hausses choquantes de salaires pour les conseillers ministériels

+ 7,1 %. Le constat du député PS René Dosière est sans appel : depuis que Manuel Valls est à Matignon, la rémunération moyenne des conseillers ministériels a augmenté de 546 euros par mois

Si les mesures de restriction des dépenses se multiplient dans le budget de l'État, elles ne semblent pas concerner les salaires des employés des cabinets ministériels. C'est en tout cas la conclusion de René Dosière, député PS de l'Aisne bien connu pour ses différents travaux sur la gestion des finances publiques, qui vient de publier un billet à ce sujet sur son blog.

De 7.655 à 8.201 euros en moyenne

Selon ses calculs, basés sur une annexe du budget 2015, la rémunération brute moyenne d'un agent employé dans un cabinet ministériel a augmenté de 7,1% sous le gouvernement Valls , passant de 7.655 à 8.201 euros. Au sein du cabinet du Premier ministre, la rémunération a même progressé de 8%, de 10.106 à 10.911 euros.

Sans compter les "indemnités de sujétion", qui ont progressé de 4,3%, ( 2.142 à 2.235 euros en moyenne). Soit, une fois ces deux variables ajoutées, une moyenne de 10.436 euros contre 9.797 sous Jean-Marc Ayrault.

A l’heure où tous ces gens demandent de faire des efforts de rigueur et d’économie, c’est un peu choquant !

Des conseillers mieux payés que leur ministre

Autre particularité mise en lumière par le député : des différences de salaires entre les ministres et les employés des cabinets... mais pas dans le sens où on l'attend : dans 19 ministères sur 31, les conseillers sont mieux payés que leur ministre ! Les ministères les plus rémunérateurs pour les employés des cabinets sont la Culture (13 744 euros), l'Intérieur (12 987 euros), et la Décentralisation (12 680 euros).

Quelle belle piste, pour envisager des économies, non ?

Bon d’accord, ils avaient fait un effort, passant de 38 à 31 ministères et donc de 565 à 461 conseillers. Mais c’était surement pour mieux se partager le gâteau, puisque finalement cet effort a conduit à une hausse des rémunérations des conseillers restés en poste... cqfd

L'analyse complète de René Dosière est à retrouver ici

Les internautes prennent la parole :

On voit le résultat d'une gauche vertueuse. Elle est à vous faire regretter une droite complètement pourrie...

Ben c'est normal, en Socialie plus on est mauvais plus on gagne...

Heu... Ce n'est pas de ma faute si ils sont au pouvoir.J'espère que tous ceux qui les ont élus s'en prennent plein la tronche. A eux d'aller dans la rue pour essayer de réparer leurs bêtises.

A force de tirer la couverture a eux, ils n attirent que notre mépris et notre défiance. Ils n ont aucune décence, aucun respect ni aucune considération pour les citoyens. C est une honte de voir ainsi nos impôts dilapidés. Il est temps de sortir de cette monarchie. Stop aux politiciens de carrière qui tirent le pays vers le bas !

Le désir du privilège et le goût de l'égalité, passion dévorantes et contradictoires des Français de toute époque…

Je vous rejoins. Plus les jours passent, plus je me dis que ce pays est à renverser de fond en comble. Et que si ça doit passer par le Fn, et bien tant pis. Tous ces politiques qui se rincent, en seront les uniques responsables.

Le salaire de base et l'augmentation évoquée, sont bien entendu choquantes. Mais plus que ça, c'est l'inutilité de ces pseudos conseillers. Dernier épisode : Fleur Pellerin, ministre de la culture, qui n'est pas foutu de citer le prix Nobel de littérature français. Pas un conseiller pour lui préparer une fiche ou la briffer, afin d'éviter qu'elle passe pour une imbécile.

S'il vous plait, pouvez-vous m'embaucher? Je suis de bon conseil et j'ai fortement besoin d'augmentation...

Ne sois pas crédule ... quand un directeur d'agence gagne 8.000 par mois, qui le paye d'après toi ? L'argent que t’as déposé sur ses comptes !
Quand un médecin gagne 5.000/mois, qui le paye d'après toi ? Tes cotisations sociales.
Quand un directeur de centre de vacances gagne 7.000/mois, qui le paye d'après toi ? Ceux qui payent leur séjour chez lui.
Quand un pilote Air France gagne 15.000 / mois, qui le paye d'après toi ?
Quand Gourcuff gagne 400.000 / mois qui le paye d'après toi ? Le Saint Esprit ? Ben non TOI, à travers ton abonnement C+ ou BeInSport et la marque de tes baskets ...

Ne soyez pas naifs, c'est TOUJOURS le péquin moyen qui paye

Mon conseiller me dit de les mettre dans un Airbus et de les débarquer à Kobane ?

c 'est ça le partage socialiste , Nous on travaille et eux ils encaissent !!!

vraiment la politique , c’est le bon filon à conseiller à nos enfants , bien payés , toujours recasés , et pas de chômeurs ......

être socialiste c'est savoir être très généreux....avec l'argent des autres !!!

Ce n'est pas tant leurs salaires qui me rebute mais c'est leurs incompétences, de gouvernement en gouvernement, fonctionnaires dits de haut niveau mais n'ayant jamais fait autre chose que de ne pas travailler.

Ce premier ministre est en fait un vrai sinistre

Il n'y a que le fric pour les plus nantis qui compte .Prendre aux plus démunis pour se remplir les poches. Pire que Sarko.

N'oublions pas braves gens , que les idées lumineuses ou géniales de nos ministres sortent de leurs neurones surbookés.

www.petitechronique.com


Publié dans coup de gueule

Partager cet article

Repost 0

Ebola, le fruit de notre grande misère

Publié le par helene33660

"Notre continent serait-il maudit ? Nous sommes nombreux à le penser. En témoignent tous ces Africains qui prennent tous les jours le risque d’aller se noyer dans la Méditerranée plutôt que de continuer de vivre sur nos terres. Et, à voir toutes les horreurs que nous vivons ces temps-ci, nos guerres, nos islamistes fous furieux, et maintenant le virus de la fièvre hémorragique, on pourrait être tenté de croire que ceux qui pensent à une malédiction n’ont peut-être pas tort.

Le dernier fléau à nous frapper s’appelle Ebola, et comme la peste autrefois, il suscite la peur, voire la panique. Qu’avons-nous donc fait au bon Dieu pour que nous soyons les seuls qu’Il frappe des maladies les plus étranges et les plus compliquées à soigner ? Disons que c’est parce que nous le voulons bien. Lorsqu’en 2014, on veut continuer de vivre comme dans la préhistoire, sous prétexte que l’on est Africain, il ne faut pas s’étonner d’être atteint de maladies préhistoriques. La plupart des affections qui nous touchent, beaucoup plus souvent que les autres, sont généralement causées par la mauvaise hygiène, par l’environnement sale dans lequel nous vivons et aussi par notre incapacité à nous conduire de façon rationnelle. Pendant des années, nous avons vécu au milieu des ordures ici, dans ce pays. Et malgré les efforts faits par le pouvoir actuel, il existe encore des quartiers et des villes où les habitants vivent en permanence dans les ordures. Faites un tour à Adjamé, Abobo, Koumassi, Bouaké, etc., et vous vous en apercevrez. Allez voir dans quel état se trouvent nos abattoirs. Allez au Liberia, en Guinée, en Sierra Leone, au Nigeria, au Mali, au Bénin, au Togo, au Congo, partout en Afrique, et vous verrez que c’est soit la même chose, soit pire. C’est chez nous que l’on vend des médicaments périmés ou contrefaits en toute liberté, que n’importe quel analphabète peut se proclamer docteur, professeur et faire ingurgiter n’importe quoi à n’importe qui, en toute impunité. Nous sommes les seuls peuples réfractaires à l’hygiène, à un environnement sain et propre. Que ne savons-nous pas des risques qu’il y a à vivre au milieu des ordures, des flaques d’eaux nauséabondes, des nids de moustiques, au bord des caniveaux aux eaux putrides ? Tous ceux qui sont en train de lire cet éditorial le savent. Il ne nous coûte rien de vivre dans un environnement sain, mais nous trouvons que c’est fatigant. Se lever un samedi ou un dimanche matin pour nettoyer son quartier, sa rue ; assécher les flaques d’eau sale, c’est trop fatigant, c’est trop nous demander. Pour l’assainissement de notre environnement, nous attendons que l’état vienne le faire à notre place tout, en sachant que sans notre concours, ce n’est pas demain la veille qu’il le fera. Faut-il s’étonner après qu’une maladie comme ébola apparaisse dans des pays comme les nôtres ? C’est parce que nous, Ivoiriens, sommes chanceux qu’elle n’a pas fait son apparition chez nous. Des maladies telles que la lèpre, la poliomyélite, la variole ou la peste ont aussi frappé l’Europe. Qu’ont fait les Européens ? Ils ont fait des recherches très poussées et ont fini par trouver les médicaments contre ces maladies. Ils ont assaini leur environnement et fait disparaître par ricochet bon nombre de ces maladies. La variole a totalement disparu de la terre, mais je ne serais pas surpris de la voir réapparaître un jour sous les tropiques.

Le Sida est apparu au milieu des années 1980, dans un premier temps dans les milieux homosexuels et toxicomanes en Europe et en Amérique. Lorsque la maladie fut clairement identifiée, l’on sut comment s’en protéger. Partout dans le monde, sa progression fut ralentie, sauf en Afrique. Parce que c’est nous qui trouvâmes que le Sida était « un syndrome inventé pour décourager les amoureux », donc nous refusâmes d’y croire. Puis, lorsqu’il nous fut conseillé de porter des préservatifs, nous estimâmes que l’on ne pouvait pas manger des bonbons avec leur emballage. Bref, nous trouvâmes tous les moyens, en rigolant, de ne pas utiliser les préservatifs. Tout en étant convaincus que l’homme, le vrai, l’Africain digne, est celui qui doit s’offrir toutes les femmes à sa portée, même s’il s’agit de prostituées. Le résultat de cette inconscience, nous le connaissons au niveau du Sida : l’Afrique est le continent le plus touché.

Lorsqu’ébola est arrivé, on nous a dit de ne pas toucher les morts pour éviter d’être contaminés. Mais nous avons dit que parce que nous sommes Africains, cela revient à piétiner nos coutumes. Nous avons donc touché nos morts, tout en sachant qu’en le faisant, nous risquions de mourir et de répandre la maladie. Et nous avons répandu la maladie. On nous demande de ne plus consommer de viande de brousse. Mais nous disons que parce que nous sommes Africains, nous devons en manger quels qu’en soient les risques. On est Africain ou on ne l’est pas. Que dire lorsque de jeunes Libériens vont libérer des malades d’ébola de leur centre de soin et les laisser courir dans la nature ? Ignorance, ignorance, nègrerie, nègrerie ! La conséquence est que l’épidémie est devenue incontrôlable dans ce pays.

Si nous n’y prenons garde, cette maladie risque d’anéantir tous les efforts faits pour redresser notre pays.

Heureusement, il n’y a pas encore de cas chez nous. Alors, arrêtons pour une fois de jouer les nègres, n’écoutons plus les pasteurs criminels, les tradipraticiens à la petite semaine et autres bonimenteurs. Respectons scrupuleusement ce que les médecins et nos autorités nous recommandent de faire."

Venance Konan

Ebola, le fruit de notre grande misère

Publié dans coup de gueule

Partager cet article

Repost 0

Okedac : bilan de la rentrée 2014

Publié le par helene33660

Rentrée 2014 : premier bilan

Après le forum des Associations, le groupe vocal s’est encore étoffé.

Nous souhaitons la bienvenue à Samantha, Marina, Valérie et Jonathan. (Maryse devrait nous rejoindre sous peu...)

Après un échauffement, nous avons révisé les chants de Maurane et Gainsbourg, puis avons continué l’apprentissage des Petits Bars, devenu « fil rouge » de tous les choristes d’Okédac (qu’on se le dise).

Dans la bonne humeur, Nathalie a fêté son anniversaire ; Hélène a décrété qu’un demi ton ne pouvait être qu’une sardine..youps. (peut être pensait elle à la « truite de Schubert ») , et on a eu le plaisir de revoir Jean Luc et Alain D qui s’étaient glissés dans notre salle de répétition. Petits brins de nostalgie, les garçons ?

Notez qu’il n’y aura pas de répétition le mardi 21 octobre,

et que

nous serons en concert le dimanche 30 novembre, à la maison de retraite de Saint André de Cubzac, pour le plus grand bonheur des résidents.

Retrouvez aussi OKEDAC sur facebook : https://www.facebook.com/okedac

okedac.over-blog.com

Okedac : bilan de la rentrée 2014
Okedac : bilan de la rentrée 2014Okedac : bilan de la rentrée 2014
Okedac : bilan de la rentrée 2014

Publié dans au quotidien

Partager cet article

Repost 0