Maria, déesse indoue

Publié le par helene33660

Dans notre malheur, nous avons eu la fortune de ne pas mettre Maria dans la charrette du licenciement économique de la domesticité. Elle est passée de son poste de femme de chambre à celui d'assistante ménagère polyvalente - de mon temps on disait bonne à tout faire - avec une aisance qui m'a stupéfaite.

Une véritable déesse indoue à dix bras : rien qu'à la regarder laver, repasser, épousseter, cuisiner, torcher Pablo, faire les courses, servir à table, arroser le parc... je me sens exténuée. J'imagine le martyr des pauvres femmes qui n'ont pas de personnel de maison et doivent tout faire elles-mêmes.

De temps  en temps, lorsqu'elle fait preuve d'initiative pour des tâches qui sont à la limite de ses fonctions, comme débroussailler le parc, vidanger la voiture d'Hubert, réparer une fuite sur le toit, préparer une garden party pour une centaine d'invités... je lui glisse une pièce de deux euros dans la main. La joie que je lis dans ses yeux suffit à me récompenser de ce sacrifice financier.

Il faudra néanmoins que je demande à Charles-Henri si elle est rémunérée au dessous ou au dessus du SMIC. On peut être généreux avec le petit personnel lorsqu'il le mérite, mais il faut rester dans les limites du raisonnable, sinon ça devient vite l'escalade.


Le Billet d'Anne-Sophie.

Nota : L'illustration de cet article provient du blog remarquable http://clarenne.francis.over-blog.com/ qui vient hélas de s'arrêter.

Commenter cet article

Alicia 22/11/2009 17:57


J'admire le travail de cette femme elle mérite vraiment un bon salaire et quelques pourboires. Bise


helene33660 22/11/2009 18:59


tu as bien raison....  que de mamans travaillent autant. ne les oublions pas non plus.